Cover photo

Top End

- Australie -

Wednesday 27 November 2013

Aujourd'hui c'est à la rencontre du Top End que je vous emmène. Pour vous y rendre vous avez grand intérêt à passer par Darwin, la capitale du territoire du Nord. Dit comme ça, on se croirait dans un épisode de Game Of Throne (trône de fer) mais il n'en est rien.

Pour vous mettre dans l'ambiance je vous conseille de lire les paragraphes suivants dans un hammam, tout simplement ! Vous aurez ainsi une bonne impression du type de climat de la région. Les saisons locales oscillent entre le dry et le wet. Saison des pluies et saison sèche, donc. Notre voyage est bien sûr dans la saison du wet et en conséquence 96% d'humidité dans l'air et des risques d'averses. Notre chauffeur de taxi nous dit même "qu'avec tous les nuages qu'il a vu sur cette planète, ceux de Darwin sont les plus beaux". Nous ne resterons pas assez longtemps pour vérifier, mais je peux vous dire que le seul coucher de soleil que l'on aura sur la baie sera magnifique !


Je n'ai pas eu l'occasion dans ce voyage d'aller dans l'un des parcs majeurs d'Australie : le Kakadu National Park. Séchez vos larmes et ne désespérez pas, qui sait si je n'aurais pas l'occasion d'y retourner. En attendant je vous emmènerai dans deux magnifiques parcs nationaux que sont le Litchfield National Park et le Nitmiluk National Park. Si avec ça vous n'êtes toujours pas heureux, peut-être qu'un petit tour sur l'Adélaide River en compagnie des crocodiles marins saura capter votre attention. Le programme est dense, et je vous résume ici quatre jours de voyage ; donc prenons la route si vous le voulez-bien.
Avant de partir il convient de vous décrire Darwin, une ville cosmopolite au nom pas banal. D'une population d'environ 130 000 individus de 50 nationalités différentes, elle est de loin la ville la plus peuplée du territoire du Nord qui ne compte que 230 000 personnes. Admirez le Chung Wah Temple en plein milieu du centre-ville !


La ville fut fondée en 1869 et porta le nom de Palmerston jusqu'en 1911. Elle est encadrée à l'ouest et au Sud par le golf Beagle. Ce nom est celui d'un navire de recherche, le HMS Beagle, qui embarqua notamment à son bord Charles Darwin, de 1831 à 1836 pour certaines de ces expéditions. Ce navire fit ensuite la découverte de cette baie en 1839, et son lieutenant John Lort Stokes la nomma par le nom de son ami, Port Darwin. Les tentatives d'établir une colonie échouèrent et furent abandonnées à partir de 1849 jusqu'en 1869. Lorsqu'enfin les premiers colons chrétiens arrivèrent, par piété, ils refusèrent d'honorer la mémoire d'un homme dont la découverte nous faisait tous descendre du singe et la nommèrent Palmerston. Finalement c'est en 1911 qu'un gouverneur rendit son nom à la ville.
Maintenant que le mystère est dissipé, je vous propose une promenade dans ce hammam géant, direction le Bicentennial Park.

Regardez l'originalité de ce banc !

Darwin fut aussi sur la ligne de front pendant la seconde guerre mondiale et fut bombardée plus de 64 fois par les Japonais. Ce fut d'ailleurs l'une des seule villes australiennes à être bombardée. Des monuments en mémoire des victimes parsèment le centre-ville.
Aujourd'hui, Darwin est la porte d'entrée pour aller au Kakadu National Park mais comme vous le savez maintenant, je n'y suis pas allé.
Je vous propose maintenant une petite croisière sur l'Adélaïde River à la rencontre des crocodiles sauteurs. C'est l'attraction touristique du coin et elle vaut le détour. A peine sur le bateau, nous voilà déjà suivis par deux jeunes crocodiles que notre guide a déjà surnommés (ne me demandez pas les noms car j'ai une mémoire sélective). A quelques mètres du bateau, on peut les voir disparaître sous l'eau, "non non, pas du tout flippant comme impression" !


Ce qui doit les attirer, ce sont ces bouts de viande suspendus par une espèce de canne à pêche que notre guide brandit à bonne distance du bateau. Sinon, il y a aussi les gros bouts de viande qui ont payé pour être sur le bateau ; mais pour l'intégrité de notre espèce nous ne les nommerons pas. Les crocodiles, après s'être complètement immergés, surgissent à la verticale de l'eau et tentent de saisir le morceau.

Certain bondissent à plus de 1 mètre 50 seulement à la force de leur puissante queue. Les chocottes !!!

Sinon dans l'eau, ils paraissent plutôt paisibles, avec ce petit regard qui n'offre aucun malentendu "Tu bouges de là, j'te bouffe". Gouzi gouzi mon petit !



Bon d'accord j'arrête, ils possèdent de trop grosses quenottes. Le plus gros crocodile que nous verrons fera plus que la taille de notre van : c'est-à-dire 5 mètres 50… Facile de comprendre pourquoi quand de stupides personnes traversent certaines rivières ou trous d'eaux, on retrouve parfois des restes humains dans le ventre de crocos. "Il est ou le magneau ? Ils ont mangé le magneau ? (Cf. Astérix)"

Après cette bonne expérience qui nous forgera à jamais une méfiance à propos des cours d'eau de la région, direction le Litchfield National Park. Il nous faudra pour cela emprunter la Stuart Highway, route mythique reliant Darwin à Alice Springs, 1500km plus au Sud.
Ce parc national est réputé pour ses cours d'eau, sans crocodile, qui offrent de belles cascades, où locaux et touristes peuvent se baigner.




A part ces petits endroits de paradis, le parc offre aussi des termitières géantes. On en trouve de deux types, les magnétiques et les autres parfois appelées "cathédrales" en raison de leur hauteur.
Pour mieux comprendre imaginez Manuel, du haut de ses 1,87m.


Les termitières magnétiques sont quant à elles orientées plein Nord et offrent un tableau de cimetières.

Plus au Sud c'est le Nitmiluk National Park qui jouxte la ville de Katherine. Les gorges du Nitmiluk sont très réputées et nous ne visiterons l'endroit que par les sentiers de randonnées.


Les kangourous, ou plutôt wallabies sont au rendez-vous ! "Oh non c'est trop chou, un bébé !".

De très belles cascades au Nord, pour notre plus grand plaisir. Trop de photos à vous montrer : quel supplice…



Les roches rouges contrastent avec le ciel bleu et donnent une belle atmosphère au lieu.

Là encore la baignade est interdite en raison de potentiels crocodiles. Nous ne tentons pas le diable et restons calmement à distance respectable du bord de l'eau.

Au sud du parc ce sont les gorges de Katherine.


Après l'une des pires randonnées que j'aie jamais faite sous un soleil brûlant, nous arrivons au milieu des gorges et pouvons apprécier la beauté et le calme de l'endroit, probablement envahi par des crocodiles si l'on en croit l'office de tourisme.

Notre voyage dans le Top End s'achève à Timber Creek, une ville de 229 habitants construite autour de l'axe routier qui la traverse. L'attraction du coin c'est le nourrissage de crocodiles, à 30 mètres du camping, on se sent en sécurité je peux vous le dire ! Et enfin l'arbre de Gregory, un explorateur qui tailla la date de son arrivée sur un boab. Ces arbres sont en fait des baobabs tout simplement, mais par peur de vous faire tirer les oreilles, appelez les des boabs. Augustus Gregory passa par là en 1855 – 1856 pour évaluer la fertilité de la région après que Strokes l'ait découverte (oui on le connait ce monsieur, on vient d'en parler).

Ces arbres sont vraiment beaux et me fascinent, personnellement.

Le Top End se termine pour nous car nous allons bientôt passer la frontière avec l'état de l'Ouest. Il est grand temps de vous montrer l'une des plus belles régions d'Australie : les Kimberley.

Laissez-moi un commentaire !

  • Privé
  • Publique

Publier

Annuler

image

Fermer